Des oiseaux dans la ville

30 juin 2019 : Rome ! Rome ! Huit heures d’arrêt ! Pour une escale, c’est une sacrée escale. Assez longue pour partir découvrir la ville et se lancer un petit défi ornithologique ! Je parviens sans mal à trouver un plan approximatif de la ville et un ticket de bus aller-retour. C’est parti !

Environ une heure plus tard, heure de trajet qui s’est vite transformée en heure de sommeil, je pose le pied dans la capitale italienne. La boucle est bouclée, je suis déjà venu à Rome il y a bien longtemps. C’était dans une autre vie. C’était également la première fois que je quittais la France. J’étais en cinquième, ça a du un peu changer depuis. A dire vrai, je n’ai que très peu de souvenirs de ce séjour, à moi d’en créer de nouveaux.

Si j’ai décidé de visiter la ville au lieu de rester me reposer à l’aéroport, ce n’est pas pour les oiseaux à la base, mais rapidement, l’idée m’a effleuré l’esprit… puis se l’est accaparé complètement. Il existe en Italie, un moineau très peu commun en France. Le Moineau cisalpin. C’est lui que je vais essayer de trouver. Le bus me dépose à la gare routière. Je garde la carte dans une main, mon appareil dans l’autre et part à la découverte des petites rues et des vieux monuments. Il fait beau, il fait chaud malgré l’heure matinale. Les touristes sont là, partout, ça fourmille. J’avais oublié ce détail. Mais l’ambiance n’est pas désagréable. Quelques points négatifs me sautent tout de même aux yeux, tout ne peut-être parfait : la pollution, c’est sale… très sale… et des graffitis racistes, c’est sale… très sale…

Je marche et atteins mon premier monument… et mes premiers oiseaux… des moineaux… domestiques… des pigeons et un oiseau gris qui bouge beaucoup et que je n’arrive pas à mettre en boîte… un merle ! Un merle ? En pleine ville ? Oui, c’est bien une femelle Merle noir que je viens d’observer. L’observation me semble atypique, mais je m’aperçois rapidement qu’elle n’est pas isolée et au fil de mon avancée, surprends plusieurs autres individus. Etonnant, je n’ai vraiment pas l’habitude de croiser cet oiseau dans un contexte si urbain.

DSC01154Merle noir

Je m’invente un itinéraire virtuel sur ma carte. Au croisement à droite, puis à gauche… le but, en voir le plus possible en un minimum de temps. Exactement, ce que je reproche aux touristes en temps normal, je ne suis finalement pas si différent. Mon parcours passe devant les différents points importants qui ont fait la renommée de Rome. C’est ainsi qu’en moins de temps qu’il ne le faut pour le dire, je me retrouve devant le Colisée et l’Arc de Triomphe, et également une foule improbable !

En observant l’Arc de triomphe, je repère des Corneilles mantelées. Un oiseau qui, s’il est considéré comme rare en France, est très courant ici et régulièrement observé en Corse. Sur le Colisée, quelques Goélands leucophées, Conures veuves et Perruches à collier. Cette dernière se faisant petit à petit, une place remarquée dans les villes européennes.

Quelques centaines de mètres plus loin, et quelques monuments également, j’aperçois l’oiseau que je cherchais ! Si j’ai raté le Moineau de la Mer morte, je rentre de Jordanie avec l’observation (et la photo) du Moineau espagnol et du Moineau cisalpin ! Peu farouche, celui-ci me montre son meilleur profil. Au sol tout d’abord, puis perché. Je ne suis pas venu pour rien.

Le reste ne sera que monuments, chaleur, visites, marche, colonnes, oiseaux, panneau, basilique,  plaisir, obélisque, statues, musique, ponts, fresques, petites rues, vieilles pierres, détails architecturaux et/ou insolites, vie quotidienne, touriste, métro, gare routière, bus, sieste,  aéroport…

Et puis vient l’heure de prendre l’avion et de rentrer à la maison. Puis celles de remettre les notes au propre, les observations également, de trier les photos, d’identifier les animaux inconnus, de rédiger quelques articles, de partager, de souffler la cinquième bougie du site et de boucler la boucle…

FIN

 

Publicités

2 réflexions sur “Des oiseaux dans la ville

  1. Tout d’abord bon anniversaire pour les 5 ans de ton site
    Lors de ton escale le deal de photographier les oiseaux n’a pas du être évident, la ville le bruit, les gens …
    Les espèces les plus communes en ville à Paris par ex ; pigeon, moineau, merle, pigeon ramier
    Les Italiens il y en a aussi à Paris , ce sont les touristes les plus désagréables et malpolis envers les autres
    Je te souhaite un bon dimanche

    Aimé par 1 personne

    • Oh tu sais pour moi, ce n’est pas si compliqué que ça. Je mets mon cerveau sur « off », et je suis seul avec les oiseaux. Tout ce qui se passe autour, le bruit, les gens,… me sont complètement étrangers.
      Je ne sais pas pour les italiens, mais de par mon expérience, les touristes français ne sont pas mal non plus dans leur genre. Je les fuis le plus possible !
      Bon dimanche à toi aussi ! 😉

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s