Le chant des sirènes

29 mai 2018 : Pieds fixés au sol… enfin ! L’attente fut longue, mais nous sommes enfin là ! Ma soeur, Nathalie, m’a prouvé que sa poisse légendaire n’était pas un mythe… je m’en serai bien passé ! Entre vols changés, retardés, annulés… puis possible déviation vers Toronto qui finalement ne se fait pas, et escale à Montréal, nous débarquons enfin à l’aéroport de Québec. De quoi en perdre son latin… ou son sac ! Perdu dans les méandres des modifications des plans de vol, il a décidé de rester un peu plus longtemps à Paris… nous ne lui en tiendrons pas rigueur.

Le plus important est avec nous, et même si j’aimerai changer de chaussures, rien ne nous empêche de partir à la découverte de ce nouveau territoire. Je croise juste les doigts pour que ma chance dans les observations prenne le dessus sur cette scoumoune. Coté négatif : nous allons devoir retarder le départ de notre road-trip dans l’attente de ce fameux sac. Coté positif : nous allons pouvoir visiter des lieux que nous n’avions même pas envisager ou qu’il paraissait difficile d’inclure sur notre circuit. Un circuit pourtant très peu fourni. Une ou deux étapes que nous jugeons indispensables sont fixées, le reste n’est que vagabondage. Nous sommes libres, nous avons le temps. L’itinéraire se fera naturellement au fil des envies, des rencontres, et aussi un peu peut-être de la météo.

Dans la catégorie « sites à voir mais ne sachant pas comment l’intégrer dans le planning », voici les chutes de Montmorency ! Une priorité pour ma soeur, moins pour moi, mais il en faut pour tout le monde. De toute façon, je sais que j’y verrai des oiseaux… et vu  ce que je m’apprête à lui faire subir, je peux très bien lui concéder un petit détour. Nous voici donc aux fameuses chutes ! Puissantes ! Impressionnantes ! Mais si imposantes soient-elles, je reste un peu sur ma faim… toutes ces infrastructures, ces aménagements sensés favoriser l’accès ou divertir la masse me semblent superflus. Le site perd de son naturel et de son charme. Je préfère largement me laisser surprendre par une petite cascade à l’issue d’une rando périlleuse. Malgré tout, nous sommes comme charmés, attirés par le volume qui se déverse à quelques mètres de nous. Comme les navigateurs de la mythologie grecque, la douce voix des sirènes nous aimante, et aveuglément nous traversons le pont qui surplombe le rideau d’eau. Le chant est de plus en plus fort, on ne s’entend plus parler puis se dissipe doucement, à mesure de notre avancée.

DSC05281Chutes Montmorency

Si les sirènes pour ma soeur sont les chutes d’eau, pour moi ce sont les oiseaux, et dans le cas présent, ils se matérialisent sous forme de parulines. Des oiseaux à peine plus petits qu’un rougegorge et généralement dotés d’un plumage contrasté avec une touche de jaune. La première observée est la Paruline jaune… la seule que j’avais déjà vue, puisque présente en Guadeloupe. Chaque paruline observée désormais sera donc une nouveauté et gageons qu’il y en aura beaucoup. Plus d’une dizaine d’espèces de ces boules de plumes débarquent au Canada au printemps après avoir passées l’hiver sous des latitudes plus clémentes. Mais bien souvent, les observations ne se soldent que par une apparition fugace entre les branches… alors on se prend à rêver plus gros, et au moment de finir ma phrase, l’oiseau apparaît comme par magie « Avec tous ces trous, c’est bizarre que nous n’ayons pas vu de pics… ».

DSC05314Pic maculé

Nous laissons le Pic maculé sur sa branche, et continuons notre chemin. Afin de changer de l’aller, nous prenons un sentier qui traverse un verger… je sais déjà que c’est une bonne idée, je le sens. Effectivement, c’est une bonne idée… des petits oiseaux et d’autres de taille plus conséquente s’affolent un peu partout. Nous noterons déjà quelques habitués : Merle d’Amérique, Quiscale bronzé, Corneille d’Amérique… et puis une nouvelle paruline… la Paruline à croupion jaune. Elégante, subtil mélange de noir et de blanc ponctué d’une touche de jaune sur les épaules et sur la calotte. Mais l’oiseau qui provoque en moi le plus de remous n’est pas cette paruline, mais celui que je viens de voir se poser dans l’arbre suivant : un Jaseur d’Amérique… non deux… trois… tout un groupe qui se délecte de quelques fruits en se posant nonchalamment à contre jour ou entre les branches de manière à ce qu’on ne puisse pas les prendre en photo… j’en suis certain ! Mais la persévérance a raison de l’espièglerie, et à force de chercher l’angle, la branche et la lumière, je parviens à mes fins.

DSC05471Jaseur d’Amérique

Sur le parking, la voiture semble nous attendre et nous embarque vers la Réserve nationale du cap Tourmente… j’ai beau conduire, ce sont les sirènes qui me guident ! Leurs chants pourtant inaudibles m’entêtent !

A peine sommes-nous arrivés que déjà les oiseaux se manifestent ! A commencer par un oiseau auquel on ne pense pas au premier abord lorsqu’on évoque le Canada ! L’oiseau en question est rapide, petit, il ne reste jamais en place… difficile à immortaliser… et pourtant… mon bridge, certainement excité par un nouveau voyage et de nouveaux défis, se prend au jeu et réalise l’impensable… photographier un colibri en vol ! Avec le Jaseur d’Amérique, ça fait déjà deux espèces qui figuraient sur ma liste « d’oiseaux qui seraient cool à voir » ! Je n’en fais pas une priorité, s’il m’est arrivé de voyager pour voir certaines espèces, ce périple n’est pas axé sur l’ornithologie mais plus généralement sur la nature. Aussi, je ne me suis pas fixé d’espèces à observer en particulier, je laisse venir ce qui veut bien venir, et garde néanmoins l’oeil ouvert… on ne sait jamais !

DSC05349Colibri à gorge rubis

DSC05350Colibri à gorge rubis

Nous sillonnons la réserve, empruntons tous les sentiers ou presque, ne laissons rien au hasard, nous voulons tout voir, tout découvrir… surtout depuis que nous sommes tombés sur le panneau indiquant la présence d’un ourson… Nous avons conscience qu’il faut le laisser tranquille, s’éloigner si nous le croisons… mais quelle chance ça serait de le voir, de se trouver nez à nez avec un tel animal ! Nous arpentons le chemin qui se perd dans la forêt, sursautant à chaque mouvement suspect… mais pour l’heure, aucun ourson, les mammifères qui nous surprennent sont des écureuils ! Les oiseaux ne sont pas en reste, la liste s’allonge sans effort : Bruant à gorge blanche, chanteur et des prés, Paruline à croupion jaune, flamboyante, jaune et du Canada… et les omniprésents Carouges à épaulettes…

Paruline du CanadaParuline du Canada

Sur le chemin du retour, les oiseaux défilent ! Magnifique Goglu des prés, un nom étrange qui cache un oiseau noir, à la base des ailes et au dos blancs et à l’arrière de la tête orange ! Fabuleux Merlebleu de l’Est qui dévoile à qui sait observer une livrée bleue du plus bel effet, des flancs et une poitrine rousse ! Incroyable Chardonneret jaune qui, comme son nom l’indique, arbore un plumage des plus extravagants ! C’est une symphonie de couleurs qui, contre toute attente, ne sont pas l’apanage des régions tropicales !

DSC05403Merlebleu de l’Est

Nous sommes enchantés par tout ce que nous voyons. Le voyage s’annonce bien, nous allons de surprise en surprise et ce n’est que le début ! Nous avons déjà hâte de parcourir le Québec dans tous les sens, en long, en large et en travers. Sans dessus-dessous, à travers champs ou en suivant les chemins balisés… nous savons dors-et-déjà que nous allons vivre quelque chose de grand ! C’est comme ça ! C’est écrit, c’est en nous ! En fait, ça ne peut pas être autrement ! Le retard de notre sac n’est qu’un léger contretemps, un petit grain de sable qui au lieu de gripper le mécanisme, se fait broyer doucement jusqu’à faire partie intégrante de l’aventure…

Publicités

17 réflexions sur “Le chant des sirènes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s