Rupicola rupicola

24 novembre 2017 : L’histoire commence par des remerciements. Il ne pourrait en être autrement tellement l’influence sera importante. Des conseils avisés, des services importants, des découvertes incroyables tant sur les lieux, les observations et les expériences, des rencontres intéressantes… et encore tant de choses. La liste est longue et non exhaustive ! Merci Audric de me guider dans les forêts de Guyane !


La Guyane et moi, c’est une histoire d’amour difficile ! Une sorte de « je t’aime, moi non plus ! ». Comme une attraction contre laquelle on lutte de peur de succomber. Je le sais. C’est le risque. Je le prends. Je tomberai probablement dans ses bras, mais je suis las de résister. Je lâche prise. Je suis dans l’avion. Je ne peux plus faire marche arrière. Je pars enfin rencontrer cette sirène aux bras ligneux, celle qui chante, crie, siffle, stridule, coasse ou se tait dans un silence assourdissant.

Cela fait quelques années que la forêt hante mon esprit, y semant des petites graines au fur et à mesure des échecs. Des échecs : rendez-vous manqués, départs avortés avant l’achat de billets, lettres de motivation sans réponse… Et des graines ! Celles qui poussent à la manière d’un figuier étrangleur, étouffant tous les autres projets un par un, jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’un : Rupicola rupicola !

Rupicola rupicola, c’est un point orange dissimulé sous un enchevêtrement sauvage de branchages. Une lueur dans l’Enfer vert ! Un petit pigment de couleur incrusté dans un coin de mon cerveau. Un oiseau. Une boule de plumes. Un rêve. Un autre, un de plus. Le Coq de roche orange ! Et je n’attendrai certainement pas le dernier jour pour tenter l’observation, je ne veux pas revivre la mésaventure du Bec en sabot du Nil… le temps a beau s’écouler, j’ai du mal à l’oublier… mon plus bel échec. Je vais mettre toutes les chances de mon coté.

Il est presque 16h, l’oiseau métallique se pose délicatement sur le tarmac. L’atmosphère est chaude, humide, lourde… je transpire déjà de tout ce que j’ai vu, vécu auparavant, je me vide et la Guyane s’immisce en moi…

DSC03133

Publicités

22 réflexions sur “Rupicola rupicola

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s