Des oiseaux et des étangs

3 août 2017 : L’été est là ! Fidèle à lui même ! Chaud ! Très chaud ! Je décide de ne pas suivre la foule de mes semblables s’agglutinant sur des plages bondées et de partir à la recherche de quelques oiseaux. Je n’aime pas les plages, surtout quand il n’y a pas d’oiseaux, je n’aime pas non plus la foule. La décision n’était donc pas difficile à prendre, j’espère seulement que les oiseaux seront au rendez-vous, car évidemment, ce n’est pas le meilleur moment pour les observer… mais avec un peu de chance, ils feront comme les humains et iront se rafraîchir à proximité de quelques points d’eau. Je ne m’attends à rien de particulier, privilégiant de me laisser surprendre par mes observations, néanmoins si j’ai choisi de visiter ce site, c’est parce que cela fait plusieurs jours que des Chevaliers stagnatiles y sont signalés, et rien que pour ce motif, cela vaut la peine d’affronter la chaleur.

Je me gare sur le parking. Aucune voiture. Je ne croiserai certainement pas grand monde aujourd’hui. Je serai donc privilégié. Un moment unique en communion avec la nature, aujourd’hui, ça sera un tête à tête entre elle et moi. Tout est silencieux. Aucun bruit. Aucune âme qui vive ne se manifeste. Seuls mes pas sur la route sablonneuse troublent la quiétude du lieu, laissant derrière eux un léger souffle de poussière. Il faudra quelques minutes avant de faire la première observation. Mon regard est en effet attiré sur la gauche du chemin, en haut d’un arbre, un rapace clair me surveille. L’identification ne pose guère de problème. C’est un chasseur de serpents, le Circaète Jean-le-Blanc. Il se laisse tirer le portrait. Magnifique ! Je croise volontiers son regard, le soleil illumine ses yeux jaunes.

DSC00429Circaète Jean-le-Blanc

La sortie ne fait que commencer, je ne suis pas encore arriver au réseau d’étangs, et déjà, je suis satisfait. Je peux ne rien voir de plus, le circa m’a déjà ravi. Je peux ne pas voir le moindre limicole, je n’en aurai presque que faire. Tout ce que je vais pouvoir observer à partir de maintenant n’est que du bonus.

J’arrive à l’intersection. Sur ma droite, se lance une nouvelle piste boueuse mais sèche. C’est celle-ci que je vais prendre. En réalité je n’ai pas vraiment le choix, il n’y a qu’une seule possibilité pour rejoindre l’étang principal. Un seul chemin. Il s’étend en ligne droite à partir de cette intersection jusqu’au plan d’eau. De part et d’autre, des marais, des points d’eau, des milieux diversifiés qui offrent bien des opportunités, tant pour les oiseaux que pour les ornithos.

Je m’engage et m’avance. Au fur et mesure la vie se manifeste. Des mouettes survolent le chemin, quelques sternes en font de même. Il faut dire que l’étang principal est particulièrement connu pour être un site exceptionnel de reproduction pour les Mouettes mélanocéphales et les Sternes hansel. Mais pour l’heure, point de mélano, les mouettes sont rieuses.

DSC00436Mouettes rieuses

Sur ma gauche, un étang ! Bien que moins vaste que l’étang principal, celui-ci est déjà d’une bonne taille. A tel point qu’on ne peut distinguer les oiseaux posés à l’extrémité. On peut, certes, y deviner les Flamants roses, à l’allure atypique et au cri si caractéristique. Les Cygnes tuberculés ne laissent pas vraiment de doute non plus quant à leur identification. En revanche, pour les limicoles présents, c’est un peu plus compliqué et les identifications se limitent aux quelques observations de premier plan. Beaucoup d’Echasses blanches, quelques Combattants variés et Avocettes élégantes, un Râle d’eau. Deux Huîtriers pie se rajoutent à la liste et des chevaliers… Parmi eux sont présents, Chevalier sylvain, aboyeur, guignette, gambette et au fond, celui pour lequel je me suis décidé à venir, malheureusement un peu trop loin pour la photo, le Chevalier stagnatile. Je ne suis pas déçu pour autant, je le vois, il est là et c’est bien le principal.

DSC00203Chevalier guignette

Comme pour se distraire entre les limis, des passereaux font le spectacle. Les Bergeronnettes printanières restent sur le bord, s’envolent et se reposent guère plus loin. Les Cisticoles de joncs volent haut en lâchant un petit cri et biens dissimulés, les Bouscarles de Cetti s’égosillent avec leur chant puissant !

En balayant le marais de mes jumelles, mon regard s’arrête sur une petite racine dépassant à peine de l’eau. Je ne sais pourquoi. Rien à déclarer. Je poursuis mon observation et la liste des espèces ne cesse de grandir. Les échassiers m’honorent de leur présence : Aigrettes garzettes, Spatules blanches, Hérons cendrés et quelques Crabiers chevelus ! Et puis, je fixe à nouveau cette racine. Bizarre. Pourquoi mon attention se porte t-elle sur cet élément en toute apparence anodin ? Sur la droite, à la limite de la roselière, des Talèves sultanes se nourrissent. Toujours un plaisir de les observer, surtout en si grand nombre ! Du coin de l’oeil je vois toujours cette racine… d’ailleurs, est-ce une racine ou un caillou ? Avec ce contre-jour, ce n’est qu’une ombre, une silhouette inanimée… jusqu’au moment où la racine s’envole  et décrit des cercles au dessus de la piste avant de disparaître… De toute évidence, ce n’était pas une racine et mon l’inconscient l’avait compris bien avant moi : il s’agissait d’une Glaréole à collier !

DSC00088Talève sultane

Le chemin me porte peu à peu à proximité de l’étang principal. Quelques Sternes hansel me survolent mais le plus gros de la population revient ici pour passer la nuit, sur les différents îlots. Les limicoles sont bien représentés, un nombre assez impressionnant d’Echasses blanches pataugent non loin du rivage, accompagnés par un petit groupe d’Ibis falcinelle. Comme pour les Sternes hansel, les Mouettes mélanocéphales trainent dans le coin, mais les plus grands groupes sont attendus pour le début de la soirée. Néanmoins, on peut encore y observer quelques scènes sympathiques, comme celle-ci avec sa tête bien noire et le bout du bec jaune qui ressort, ou ce jeune qui semble affamer et sait le faire comprendre !

DSC_1530Mouette mélanocéphale

DSC00489Mouette mélanocéphale

Arrivé à l’étang, nous n’avons guère le choix de l’itinéraire. Il y a bien une piste qui part de part et d’autre du chemin principal, mais il s’arrête quelques centaines de mètres plus loin. Mes quelques petits soucis de santé actuels (rien de bien grave) m’empêchent de beaucoup marcher, et c’est donc le chemin terminé que je vais reprendre en sens inverse. Sur ma gauche s’étend désormais, un plan d’eau, celui qui accueille les Mouettes rieuses vues précédemment. Cette fois, c’est une échasse qui attire mon attention. Elle ne semble pas très en forme et présenter un problème à l’aile. Visiblement ça ne l’empêche pas de se nourrir, mais la question se pose quant au reste de son existence. Elle s’approche du bord, et ne paraît pas effrayée.

DSC00131Echasse blanche

Je m’approche de l’endroit où j’avais aperçu la « racine » et reste à l’affût. Ce n’est vraiment pas souvent que l’on croise les glaréoles. C’est un oiseau élégant mais rare en France, on ne peut les observer qu’en période de nidification et leur population varie selon les années. Depuis 2000, des suivis sont réalisés et au maximum, seulement 127 couples ont été comptés. Alors je scrute, j’observe… et finalement je vois un oiseau gracieux traverser le chemin et se poser. C’est loin, c’est au bout de l’étang, dans une zone marécageuse, mais je garde un peu d’espoir. Je m’avance vers la zone du chemin sur laquelle j’aurai le plus de chance de l’observer et la détecte rapidement aux jumelles. En promenant mes yeux, j’en découvre une deuxième à proximité. S’il y en a deux, il y en a peut-être d’autres, ces oiseaux vivent en colonie. Alors j’inspecte à distance tous les recoins, en trouve une un peu plus près et finalement une beaucoup plus près.

DSC00495Glaréole à collier

Glaréole, stagna, talève, circa, crabier… n’attendant pas grand chose, la promenade s’est révélée très fructueuse ! Ce n’est pas tous les jours comme ça, alors quand ça arrive, il faut profiter !

Publicités

9 réflexions sur “Des oiseaux et des étangs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s