Central Park Safari : The Ramble (1/2)

Je laisse derrière moi le lac et m’enfonce plus profondément dans les sous-bois, The Ramble. Les chemins, comme les rencontres, se croisent et se séparent. L’un part sur la droite et rejoint le plan d’eau le temps de quelques mètres, celui qui part sur la gauche nous fait tourner en rond, d’autres partent dans tous les sens simulant un labyrinthe… le choix est difficile. Et une fois n’est pas coutume un oiseau me montre la voie « viens, viens, suis moi ! ». Trop fugace pour l’immortaliser, il se pose brièvement en bord de branche, puis décolle vers un autre perchoir et ainsi de suite. Je suis tout de même ce nouveau compagnon de balade, une Mésange à tête noire.

Il faut toujours écouter sa petite voix intérieure, surtout quand elle prend la forme d’un petit oiseau. Bien m’en a pris. Au détour d’un chemin, ça piaille. Que dis-je, c’est une vraie cacophonie ! Un couple assis sur un banc lance des graines et de la mie de pain. En ces temps hivernaux, les volatiles ne rechignent pas à une telle aubaine et se réunissent pour se remplir le gosier. On ne voit plus le chemin, il est pavé de Moineaux domestiques et de Bruants à gorge blanche. Je n’exagère pas, ce sont une centaine, sûrement plus même, d’oiseaux qui se bousculent ici… et parmi eux, certains sortent du lot dont le fabuleux Cardinal rouge contrastant d’une part avec l’ombre du sous-bois mais d’autre part avec la pureté de la neige ! Un oiseau incroyable !

DSC_0478Cardinal rouge

Je n’ose pas traverser le parterre de boule de plumes, et reste à proximité du banc échangeant quelques sourires, langage universel, avec les semeurs de graines. Je distingue sous les branches un oiseau discret que seul l’oeil clair trahi. Aussi sombre que le milieu dans lequel il se trouve, et puis il sort doucement, se perche sur une branche et attend le moment opportun pour subtiliser une pitance bien méritée. Cousin du Quiscarle merle observé en Guadeloupe, voici le Quiscarle bronzé !

DSC_0476Quiscarle bronzé

Non loin de ce dernier visiteur, un nouvel oiseau vient se nourrir. Dos gris mais ventre et poitrine marron orangé du plus bel effet. Le Merle d’Amérique se montre beaucoup moins farouche que son cousin européen !

DSC_0479Merle d’Amérique

Je me résigne à continuer ma route, toujours nargué par la Mésange à tête noire qui me précède, puis qui me perd et que je retrouve un peu plus loin. Un rapace survole le lac que je devine encore sur ma droite et vient se poser en haut d’un arbre. Visiblement, je ne suis pas le seul à l’avoir repérer et deux femmes pensant qu’il s’agit d’un jeune Epervier de Cooper viennent me demander confirmation. Moi qui débute en oiseaux américains me voilà à aider pour une identification. Avec l’aide de mon guide rangé dans mon sac, l’énigme sera vite résolue, c’est une Buse à queue rousse… mais sans la queue rousse… les dames avaient raison sur un point, c’est un jeune !

DSC_0481Buse à queue rousse

Je redémarre mon exploration de Central Park sous les arches formées par les branches qui se rejoignent au dessus du chemin. Un autre oiseau voltige de tronc en tronc, marche la tête en bas et se révèle sûrement plus difficile à prendre en photo que la mésange ! A ces quelques mots, vous avez déjà compris de quel type d’oiseau il s’agit. Il saute d’un arbre pour gagner un autre arbre… et puis un trou ! Nid trouvé ! Il ne me reste plus qu’à attendre qu’il ressorte ! Et voilà ! La Sittelle à poitrine blanche est figée dans ma boîte à images !

DSC_0492Sittelle à poitrine blanche

Comme si ma mission été terminée, ou comme si la mésange avait atteint l’objectif de me diriger là où elle le souhaite… peut-être comme une récompense, ou un encouragement pour la suite… peut-être, finalement, veut-elle que je la laisse tranquille, tout simplement ou peut-être est-elle jalouse de la sittelle qui accapare désormais toute mon attention… Toujours est-il que la Mésange à tête noire se rapproche et se pose juste devant moi le temps d’une photo ! Je n’en attendais pas tant !

DSC_0599Mésange à tête noire

C’est un pic qui prend le relai de la mésange. Je le repère de loin, en dehors du sentier délimité. Il s’envole à l’opposé de moi, en suivant le chemin… Il ne m’en fallait pas moins pour me convaincre de continuer mes observations ! Je débute une nouvelle mission ! L’opération Pic à ventre roux est engagé !

Publicités

22 réflexions sur “Central Park Safari : The Ramble (1/2)

  1. Un moment de calme au travail, chose rarissime ces temps-ci, et me voilà à poursuivre la balade dans Central Park que j’avais écourtée la dernière fois. Veinard, si maintenant les oiseaux sont là pour te guider, tu es le plus heureux des hommes 🙂
    Quelles merveilles au rendez-vous cette fois encore. Je découvre et j’apprécie.
    Merci pour ce partage.
    Je continue la visite…

    Aimé par 1 personne

  2. Jérôme, je suis jaloux… Ta photo du cardinal est magique… Et dire que j’ai couru aprem des heures et des heures l’année dernière à Boston pour le mettre en boite, sans succès… à chaque fois que je l’apercevais au loin, il se faisait la malle dans un fatras végétal dont il ne ressortait pas… En même temps, je suis ravi pour toi, c’est un vraiment un régal ce piaf, et sur la neige ça en jette encore plus ! La sittelle est également excellente, bravo l’artiste 🙂
    Amitiés
    Seb

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s