Chapitre 7 : L’appel du silence

Quelques dizaines de minutes plus tard, me voila à arpenter la colline en direction de ces fameuses falaises. Prêt à perdre mon temps à le gagner, à profiter de mon dernier jour sur cette île fantastique. Mais surprise ! Il y a toujours des surprises ! Avant même d’arriver aux colonies de gorfous, cormorans et autres albatros, mon regard se perd sur l’océan. La raison : des formes noires et blanches… mais au contraire de la veille, ce ne sont pas des manchots, et je l’ai bien compris, sors du chemin et me rapproche davantage afin d’assister au show ! Des Dauphins de Commerson surfent dans les dernières vagues de l’océan. Un spectacle incroyable qui annonce la couleur pour la journée.

dsc_9109

Dauphin de Commerson

dsc_9129

Dauphin de Commerson

Après plusieurs allers-retours, les dauphins sont maintenant hors de vue. Je reprends ma route vers les colonies. Avant de rejoindre celle des Albatros à sourcils noirs, je dois traverser celle des Gorfous sauteurs. Et le spectacle bat son plein. Ca s’agite, ça crie, se dispute. Les petits attendent la pitance que leurs parents leur ramèneront, et se font bousculer par les autres adultes. Le mois de janvier est un mois particulier, non seulement c’est le bon moment pour voir les grandes colonies d’oiseaux, mais c’est aussi le meilleur pour voir les jeunes. C’est ce qui m’a en partie convaincu de venir à cette période.

dsc_9353

Gorfou sauteur

Me voilà enfin en territoire albatros ! Je m’assoie et contemple. Les spectacles sont partout et diversifiés. De l’amour, de la haine, de la cruauté, de la tendresse… tant de choses exprimées en un même lieu ! Ici, un Caracara strié se délecte d’un malchanceux jeune albatros. Là-bas, un jeune plus heureux, attend ses parents, dissimulé dans les hautes herbes et à l’abri des prédateurs. En face, des couples d’adultes se livrent à des parades nuptiales du plus bel effet, jonglant entre délicatesse et coup de pression. Les becs se croisent doucement, se caressent et d’un mouvement vif se séparent pour ensuite recommencer la ballet. Et puis ces géants de 2,50m d’envergure qui vous frôlent à quelques mètres au dessus de la tête… impressionnant !

dsc_9143

Albatros à sourcils noirs

dsc_9279

Albatros à sourcils noirs

dsc_9306

Albatros à sourcils noirs

Retour à la tente, il est l’heure de manger… je m’installe confortablement, à coté de ma tente, face à l’océan. Je distingue les Dauphins de Commerson qui vadrouillent encore dans le coin. Perdu dans mes pensées, je bloque. Je suis subjugué par la beauté du paysage. Je me dis que c’est un des endroits les plus incroyables que j’ai pu voir jusqu’alors et que le mieux est l’ennemi du bien, je prends la décision de ne pas chercher le Caracara huppé. Je ne veux pas rater le plaisir d’admirer un autre paysage comme celui-ci, alors je grimperai au sommet de la colline derrière moi. S’il est écrit que je dois voir le rapace, alors je le verrai.

dsc_91922

Vue de ma tente

L’ascension est difficile. Le sommet n’est pas très élevé, le mont Harston ne culmine qu’à 420m mais vous comprendrez aisément que sur une île aussi fine, la pente est abrupte. Et au jeu des faux plats, lorsque l’on croit arriver en haut, on découvre que ça monte encore. Cela ne semble jamais s’arrêter, et le vent est particulièrement puissant. Les oiseaux se font rares par ici, j’entends bien quelques Mélanodères à sourcils blancs mais c’est bien maigre. Ce n’est pas grave, le principal n’est pas là. A cette hauteur, le fracas des vagues sur les rochers est imperceptible à l’oreille, le chant des Manchots de Magellan ne trouble pas la quiétude du lieu… rien… rien… et lorsque le vent perd de l’ampleur, le silence règne en maître. Un silence pur, simple, presque dérangeant, troublant tant on est habitué à un monde bruyant, à un brouhaha permanent… tout est simple ici… et puis, lorsqu’on atteint le sommet, la vue… quelle vue ! La pureté transpire de ces îles ! Aucun édifice d’origine humaine, aucune maison à l’horizon, aucun poteau électrique, aucun bateau sur l’océan. Si je ne savais pas qu’on vient me chercher demain, je pourrai presque me croire abandonné.

dsc_9181

Vue depuis le Mont Harston

Je redescends à ma tente, me repose quelques instants, prends un peu de temps pour moi… et puis l’envie est trop forte… je vais tenter de retourner là où j’ai vu le caracara la première fois, sur le coté gauche de la colline. Je me lance à l’assaut du chemin escarpé, motivé mais pas téméraire, je me fixe un point maximum auquel je ferai demi-tour si je ne vois rien. Mais, les cieux sont avec moi, et peu de temps après mon départ, un caracara m’observe sur un rocher en hauteur. Il est loin, mais je reconnais parfaitement sa silhouette. Une partie de cache-cache s’engage. Je fais quelques pas, pourtant à bonne distance, l’oiseau s’envole. Pour se poser plus haut sur la colline, à un endroit invisible d’où je suis, j’envisage de contourner et de retrouver le rapace un peu plus loin. Mission accomplie, je le vois au loin. Il crie. Mais ce n’est pas pour moi, un deuxième individu vient se poser à proximité. Je m’approche discrètement et délicatement, puis m’assoie. Les oiseaux ne semblent pas inquiétés. Je profite !

dsc_9237

Caracara huppé

dsc_9246

Caracara huppé

Le temps passe vite, le jour descend déjà et je descends avec lui. Je regagne la plage pour les ultimes photos de la journée, mais aussi probablement les dernières images sur cette île. Demain matin, on vient me chercher, je reprends le petit avion qui m’a amené ici, et programmerai la suite de mon périple. Mais pour l’heure, je me dois de profiter à fond de cette douce lumière. J’ai eu de la chance, ces trois jours ici ont été marqué par un soleil radieux, et moi aussi… radieux et marqué par le soleil !

       dsc_9367

Manchot papou

dsc_9370

Manchot papou 

 

Publicités

52 réflexions sur “Chapitre 7 : L’appel du silence

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s